Pensées, Maximes et Apophtegmes

                                                                      ​ 

                                                                                                                                                                                                                                                                                        Durant ses longues années de captivité dans diverses maisons de la région parisienne; au pénitencier de Fontevrault ou d'Angers, au bagne de l'île de Ré, Bernard Faÿ, torturé pr le froid, la maladie, l'environnement, ne cessa de remplir des petits cahiers d'écolier. Etroitement surveillé par ses geôliers, il camoufle ces " apophtègmes " en les ttribuant à des auteurs célèbres " à la manière de " Saint-Simon, Nietzsche, Villon...des réflexions caustiques et parfois désabusées.

Extrait :

        " Lorsqu’il était à la Bastille, M. Fréron disait : cette captivité m’affranchit  à l’égard de bien des gens dont je me croyais l’ami, mais dont je n’étais que la dupe".

                                                          _________________________________________