Louis XVI ou la fin d'un monde

                                                                                                    ​           

 

   Extrait de la préface ( Ghislain de Diesbach ) :

     " Après le métier d’écrivain, il n’en est pas de plus ingrat que celui de souverain. La postérité, rarement équitable en ses jugements, n’a de complaisance que pour les despotes et les historiens qui les ont célébrés. Louis XIV, Pierre le Grand, Frédéric II, sans parler de Napoléon, ou de tyrans plus modernes , ne cessent de fasciner et leurs thuriféraires de prospérer, alors que Louis XVI, qui possédait toutes les vertus, sauf celle d’être aimable, ne doit sa renommée qu’à son propre martyre..."

     " Il n’était pas facile de détruire une légende ; il était dangereux aussi de le faire car en montrant dans Louis XVI un prince intelligent, avec des vues claires, des intentions droites et un grand bon sens, Bernard  FAŸ courait le risque de le rendre plus coupable encore..."

     " L’histoire de Louis XVI est celle d’une série d’occasions manquées. Cadet négligé, appelé à succéder après la mort de son frère aîné, le brillant duc de Bourgogne, Louis XVI devait conserver toute sa vie cette gaucherie de ceux qui ont été mal aimés et cette froideur apparente des myopes..."  

                                                                   _______________________________________

Extraits :

     « C’était le troisième petit-fils que la Dauphine offrait au Roi..."

     " Louis XV lui savait gré de son zèle, et l’aimait fort. Il revint à Versailles bride abattue pour la complimenter et voir son nouveau petit-fils, mais arriva après l’ondoiement, qui se faisait sitôt la naissance pour un enfant de France..."

     " Sitôt entré, Louis XV regarda l’enfant, puis la Dauphine, puis à nouveau l’enfant, qu’il nomma duc de Berry, un bien grand nom pour une petite chose suante, criante, crachante, qui gigotait entre les bras de la comtesse de Marsan, gouvernante des enfants de France. Enfin selon la règle, toutes les cérémonies terminées, le duc de Villeroy, capitaine des gardes, conduisit Louis Auguste à son logement, en compagnie de Mme la gouvernante..."

     " Le Roi se consacra au fatigant travail de prévenir tous ceux qui doivent être informés en pareil cas, d’assister au Te Deum dans la chapelle, et de recevoir les compliments de toutes les dames de la Cour..."

      " A Paris le canon tonnait, partout les cloches commençaient à tinter..."

                                                                 _______________________________________